Comment lutter contre la crise du logement ?

18 mars 2013

Société

Le 16 mars est chaque année une date sombre pour 107.000 familles concernées par une résiliation de bail pour loyer impayé. Elle marque la fin de la trêve d’hiver, qui interdit l’expulsion de personnes du 1er novembre au 15 mars.

La crise du logement est un problème qui n’a, légalement, même pas lieu d’exister. En effet, la loi DALO (droit au logement imposable) oblige l’Etat à offrir un logement pour tout sans abri ou mal logé. Cette loi n’est évidemment pas appliquée comme nous pouvons le voir tous les jours en marchant dans la rue. Cela souligne aussi la futilité des expulsions puisque le gouvernement  a l’obligation de reloger les personnes qui viennent de perdre leur appartement.

L’augmentation du prix du logement oblige de plus en plus de familles à vivre dans des conditions précaires. Un problème qui s’atténuera probablement avec la réforme gouvernementale prévue pour les HLM. Celle-ci prévoit de faire passer le seuil obligatoire de logements sociaux de 20 à 25%, ainsi qu’une augmentation de 300% du prix des amendes de non-respect du seuil minimal. De quoi faire peur aux « villes-club » qui préfèrent payer  pour éviter à tout prix la mixité sociale.

Comment lutter contre la crise du logement ? dans Société graphique3-300x129

graphique de l'augmentation du prix des logements

Le gouvernement prévoit aussi une baisse de la T.V.A sur les HLM et la rénovation thermique des immeubles anciens. Cette dernière, augmentée en 2011 par le précédent gouvernement pour atteindre 7% devrait bientôt revenir à un taux de 5%, atténuant encore un peu la crise du logement. Bien que ces deux réformes devraient aider quelque peu les plus démunis, il ne faut pas s’en tenir à cela. Les réquisitions de logements inoccupés,  proposées par M.Duflot et qui obligerait chaque propriétaire à louer son bail doivent être mises en place même si cette mesure ne plait pas à tous les propriétaires.

Il faut également obliger les promoteurs de bureaux à transformer ses derniers en appartements aux bout d’un certain temps. En effet, les récentes constructions ont vu apparaitre des bureaux un peu partout dans la Capitale et en province. Mais ceux-ci ne trouvent pas de loueurs, et restent inutilisés. Des milliers de mètres carrés de logements sont disponibles.  Ne demandant pas d’installations particulières, il est plus rentable de louer des bureaux que des habitations et les promoteurs péfèrent donc attendre. Le blocage des loyers, même s’il est temporaire, est encore une autre alternative pour lutter contre le mal-logement.

Des associations squattent régulièrement des immeubles abandonnés avant de s’en faire sortir. C’est un moyen efficace de faire prendre conscience aux collectivités des immeubles vides qui se trouvent dans leur ville et de souligner l’incohérence de construire de nouveaux immeubles alors que certains-parfois même en plein centre-ville !- sont juste inoccupés.

2011-02-01t161329z_01_apae710192j00_rtroptp_3_ofrtp-france-logement-rapport-20110201-289x300 crise dans Société

Il existe plusieurs  façons de lutter efficacement contre la crise du logement en entament de sérieuses réformes et sans avoir peur du mécontentement des propriétaires qui ne seront pas d’accord pour louer leurs appartements ou pour transformer leurs bureaux. Mais le propriétaire ne sera en aucun cas perdant puisque le locataire paiera des loyers. Il est triste de voir que certaines personnes ne louent pas leur bail pour des raisons de facilité alors que 8 millions de français sont concernés par la crise du logement. C’est dans ces cas là que l’Etat doit intervenir dans un souci de justice et de solidarité.

 

 

, , , ,

À propos de Pierre Gautheron

Jeune étudiant en histoire, passionné de photographie et de cinéma. Je souhaite un journalisme novateur, trans-média, honnête.

Voir tous les articles de Pierre Gautheron

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

2 Réponses à “Comment lutter contre la crise du logement ?”

  1. Eugeenie Dit :

    « La crise du logement est un problème qui ne devrait même pas exister. » tout est dit! Quoi que dormir dans la rue sous un banc ça a son charme aussi, n’est ce pas ;)

    Répondre

  2. evelyne Ricci Dit :

    bravo pour ta constance et ton engagement !

    Répondre

Laisser un commentaire

Lola |
Livepost |
L'immobilier à Bordeaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leblogdegustav
| Kokolitolithe
| Fredericbenque