Le TTIP, qu’est-ce que c’est ?

9 septembre 2013

Economie

L’Europe est imparfaite. Imparfaite car dominée par une pensée économique qui estompe les initiatives culturelles et sociales. Mais ses lois, encadrant l’alimentation, les médicaments et toutes choses de notre vie quotidienne nous protègent pour le moment.

Nombreux sont les détracteurs qui aimeraient voir ces barrières disparaître et qui se battent chaque jour, avec détermination et ingéniosité pour arriver à leurs fins, c’est à dire la libre exploitation du marché européen, sans limites, sans surveillance, sans contraintes. L’accord commercial anti-contrefaçon (ACTA)  qui interdisait la vente de médicaments génériques ou l’utilisation de certains croisements de graines n’était que les prémices d’un autre plan, cette fois beaucoup plus vaste, qui est débattu en ce moment même dans le plus grand secret et dont nous n’avons que quelques bribes. Car les barrières s’amoindrissent. Preuve en est, la réduction des exigences sanitaires permettant la commercialisation des viandes américaines en Europe. Celles que nous consommons aujourd’hui sont donc susceptibles d’être lavées à l’acide lactique.

L’Union Européenne et les Etats-Unis tentent de mettre en place un texte visant à la suppression pure et simple de toute réglementation juridique ou légale du marché européen, donc à la création d’une Union américano-européenne. Son nom ? Le TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership ou accord de libre échange transatlantique) qui impactera durablement tous les domaines de notre vie quotidienne :

Tout d’abord, par la suppression des droits de douanes, plus fort en Europe qu’aux Etats-Unis et qui permettent à nombres d’artisans, d’agriculteurs et de métallurgistes de pouvoir vendre leur production excédentaire grâce aux exportations. Cette abrogation entraînerait l’invasion du marché par les produits américains, de prix et de qualité moindre. Cela aura pour conséquence de rendre très difficile l’exportation européenne et amènerait une désertification de ces marchés. Le texte prévoit aussi la suppression de toute barrière censée porter atteinte au libre-échange. Le principe de précaution pour les aliments OGM est une atteinte au libre-échange. Les normes européennes empêchant la vente de bétail élevés aux hormones est une atteinte au libre échange. Il en va de même pour les fractures hydrauliques concernant  le gaz de schiste ou les normes strictes dans l’agro-alimentaire en général. Nous passerons bientôt de consommateurs à cobayes.

Prônant la sacro-sainte concurrence depuis des décennies et ses avantages (qui voudrait qu’elle entraîne une réduction des prix pour le consommateur…), l’Europe voit aujourd’hui dans le TTIP l’occasion de libéraliser le marché une bonne fois pour toute. En clair, cela sonne le glas de la propriété publique. Le but est de permettre aux entreprises américaines de s’implanter en Europe. Des appels d’offres avec un cahier des charges un peu trop précis serait considéré comme « discriminatoire », puisqu’il réduirait le nombre de prétendants à ce projet. Lors de litiges, un arbitrage privé pourra se faire entre l’Etat et l’entreprise. Le but délibéré est évidemment de retirer aux Etats toute forme de pouvoir et d’indépendance.

On retrouve  dans ce mandat la copie conforme d’ ACTA, ayant pour but « la protection de la propriété privée ». Il ne s’agit pas en réalité d’éviter uniquement le piratage, puisque cela concerne aussi les médicaments génériques. Le texte augmentera la durée de brevetabilité d’un médicament, assurant un plus long monopole pour le créateur et de plus grosses dépenses pour le consommateur. Les entreprises pharmaceutiques se verront dans la capacité d’interdire un médicament générique imitant le leur. Il en va de même pour les semences, qui pourront être la propriété d’une entreprise. Alors que cette partie du texte avait été rejeté par le conseil, la commission fait la sourde oreille et entend bien aller jusqu’au bout, pour le plus grand plaisir de Monsanto et de ses complices.

Enfin, pour se prémunir de toute renaissance d’une politique économique citoyenne, le texte pourra être réécrit à volonté, afin d’en combler les lacunes et  d’éviter toute perte de contrôle sur le futur.

Les défenseurs de l’ultra-libéralisme me diront qu’Etats-Unis et Europe seront affecté de la même façon par ce mandat. Certes. Mais nous ne pouvons comparer David et Goliath. Comment l’Europe peut être gagnante face aux lobbies les plus puissants du monde ? Face aux entreprises les plus fortes ? Et comment accepter que soit entreprit secrètement un tel projet, qui pourrait bien changer entièrement notre mode de vie d’ici quelques années ? Comment continuer à faire confiance à une politique européenne d’oligarques, ne représentant que leurs propres intérêts ? Restons vigilants et utilisons dès 2014 notre seul droit de veto, les élections européennes, pour laisser place aux politiques qui nous protègent vraiment.

, , , ,

À propos de Pierre Gautheron

Jeune étudiant en histoire, passionné de photographie et de cinéma. Je souhaite un journalisme novateur, trans-média, honnête.

Voir tous les articles de Pierre Gautheron

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

4 Réponses à “Le TTIP, qu’est-ce que c’est ?”

  1. Origami Dit :

    Malheureusement, le Parlement Européen n’a que très peu d’influence, c’est la Commission qui concentre le pouvoir… Une Commission dont les membres ne sont pas élus mais nommés. La question, ici, est de savoir par qui.

    Répondre

  2. evelyne ricci Dit :

    merci pour cet article intelligent et instructif.

    Répondre

  3. Origami Dit :

    L’ultra-libéralisme est consubstantiel aux institutions européennes. Il est donc naïf d’espérer les réformer, a fortiori en élisant des gens qui n’ont cessé d’accompagner, voire d’applaudir à leur formation. Autant que je me souvienne, très peu nombreux étaient ceux qui, en 2005, lors du référendum pour la Constitution Européenne, ont milité pour le « Non ».

    Répondre

  4. Greg Michou Dit :

    Coucou, bravo pour tes articles

    Alors, je pense avoir remarqué 3 petites choses…
    1. Pour les droits de douane : à ce que j’avais compris, les droits de douane sont importants pour tout ce qui concerne les appareils électroniques entrant dans l’UE (d’ailleurs les USA avaient déposé plainte une fois)… sinon ce sont à peu près tous (si ce ne sont tous) les produits entrant aux USA qui sont soumis aux droits de douane (même ridicules)
    2. Pour ce qui est d’ACTA, c’est la seule solution possible et réaliste pour défendre tout ce qui concerne la propriété littéraire et artistique (pour le reste je ne m’avance pas n’étant pas assez informé)…
    3. Les élections européennes ne changeront pas grand chose puisque les gens qui prennent ce genre de décisions sont assez souvent nommés et non élus… en plus peut-être qu’une majorité de pays seraient favorables ce qui forcerait tous les autres…

    Répondre

Laisser un commentaire

Lola |
Livepost |
L'immobilier à Bordeaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leblogdegustav
| Kokolitolithe
| Fredericbenque